Empirisme et sécularisme chez David Hume et John Stuart Mill - Institut Brestois des Sciences de l’Homme et de la Société Access content directly
Theses Year : 2022

Empiricism and Secularism in David Hume and John Stuart Mill

Empirisme et sécularisme chez David Hume et John Stuart Mill

Steven Le Breton
  • Function : Author
  • PersonId : 1235737
  • IdRef : 268273057

Abstract

The purpose of this work is the study of the links between empiricism and secularism. Empiricism consists in contending that human spirit derives its knowledge and concepts from experience. Has empiricism something to do with the neutralization of the moral and political authority of religion (secularism)? Arguing that empiricism implies secularism, the study focuses on two empiricists: David Hume and John Stuart Mill. They share a radical empiricism and its skeptical implications. Their moral philosophy doesn’t refer anymore to God and providence, and we show in what extent Hume’s empirico-skeptical framework is essential to Mill’s secular utilitarianism. A secularist project gives coherence and unity to various aspects of their thought: the scopes and limits of human spirit, epistemology, anthropology, morals, and politics. They also share an ethics of belief that recommends to limit our enquiries to this world. Thus, moral cannot depend any more on supernatural beings. Secularism prevents incommunicability and unintelligibility of the extra-empirical and avoids sectarism and social division. In what extent empiricism can reenforce secularist cause? Considering that most prehumean empiricists were religious thinkers, has empiricist tradition a real unity? Do the methods and standards of experimental science of human spirit inevitably lead to religious skepticism, or can they legitimately serve apologetics?
L’objet de ce mémoire est l’étude des rapports entre empirisme et sécularisme. Y-a-t-il un rapport entre l’affirmation selon laquelle l’esprit humain dérive ses connaissances et ses concepts de l’expérience et est bornée par celle-ci (empirisme) et la neutralisation de l’autorité morale et politique de la religion (sécularisme) ? Privilégiant la thèse d’une implication séculariste de l’empirisme, l’étude porte essentiellement sur l’œuvre de deux auteurs rattachés à la tradition empiriste : David Hume et John Stuart Mill. Ils se rapprochent par la radicalité de leur empirisme, ses conséquences sceptiques, une philosophie morale indépendante de la référence à Dieu et à la providence, et par le fait que la matrice empirico-sceptique de l’utilitarisme séculier de Mill emprunte beaucoup aux arguments de l’écossais. L’orientation séculariste permet de ressaisir l’unité et la cohérence de plusieurs aspects de leur philosophie : la portée et les limites de l’esprit humain, l’épistémologie, l’anthropologie, la morale et la politique. Ils partagent une éthique de la croyance qui recommande de limiter nos enquêtes à ce monde-ci, de ne pas faire dépendre la morale d’éléments surnaturels afin d’éviter l’inintelligibilité et l’incommunicabilité de l’extra-empirique, source de divisions et de sectarisme sur le plan social. Cette réflexion est l’occasion d’interroger l’apport de l’empirisme à la cause séculariste, mais également l’unité de la tradition empiriste elle-même, puisque l’empirisme pré humien fut majoritairement religieux. Les méthodes et critères de la science expérimentale de l’esprit mènent -ils donc au scepticisme ou sont-ils légitimement récupérables par l’apologétique ?

Domains

Philosophy
Fichier principal
Vignette du fichier
LEBRETON.pdf (5.43 Mo) Télécharger le fichier
Origin Version validated by the jury (STAR)

Dates and versions

tel-04022636 , version 1 (10-03-2023)

Identifiers

  • HAL Id : tel-04022636 , version 1

Cite

Steven Le Breton. Empirisme et sécularisme chez David Hume et John Stuart Mill. Philosophie. Nantes Université, 2022. Français. ⟨NNT : 2022NANU2028⟩. ⟨tel-04022636⟩
138 View
251 Download

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More